jeudi 19 juillet 2012

Jour de cadeau!


Cécile Corbel - Brian Boru (Renaissance) 2011

L’écrin de mes jours…


Quel plus beau cadeau que celui de mes jours de vie !
Toi, l’ami, le collègue, le voisin, je t’offre mes jours. Non, tiens, je t’offre celui-ci, aujourd’hui. Ces milliers de minutes qui permettent cette majuscule symphonie en cellule-majeur, qui tissent la toile de mes pensées et qui zygomatisent mon sourire, je te les offre.
Pas n’importe comment, bien sur ! Dans un écrin de respect, de tolérance et de bienveillance. Ne pense pas, l’ami, que c’est une bagatelle, une parole dans le souffle d’Eole ou encore un sursaut d’aménité, non ! C’est un don philanthrope parce que je te veux heureux, au moins maintenant. Plaisir intense identique à celui que tu as ressenti quand ton enfant t’a récité son premier poème. Celui qui a mouillé tes yeux.
Mais que vas-tu en faire, l’ami ? Regarde ce cadeau attentivement, prends le dans ta main, fais en le tour de ton regard. Ne le pose que quand tu en auras mesuré l’importance et quand tu auras perçu la générosité.
Et si tu refermes son écrin, sache qu’à toute nouvelle ouverture, un autre de mes jours te reviendra. Fais en bon usage et si le cadeau te plait, n’hésite pas à ton tour, à offrir un des tiens. Seulement, il te faudra bien choisir l’écrin.
Pour le plaisir.
« Les sentiers battus n’offrent guère de richesse ; les autres en sont pleins. » Jean Giono.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Il arrive parfois qu'on se dise: "Voilà, voilà exactement ce que j'aurais voulu écrire"

Ces phrases dégagent une force de vie, une intensité émotionnelle, absolument sublimes (au sens exact de ce mot)

Je me prosterne devant cette aptitude à avoir la conscience du don que l'on fait... l'intention et la sincérité que l'on y met... sa propre compétence à recevoir autant qu'à donner.

Un cadeau universel pour qui est apte à le recueillir... aucune exclusivité, une offrande à chacun.

J'aime ce concept qu'une fois le cadeau offert, il devient vivant, qu'aucun doute ne puisse l'altérer , qu'il suffit de savoir au creux de quel souffle il respire pour pouvoir s'en délecter encore et encore.

« Je t'offre mes jours. Non, je t'offre celui-ci aujourd'hui... »   Un besoin très particulier, justement aujourd'hui … merci de ce joyau.

L'illustration n'est qu'amour et partage... douceur et délicatesse... l'échange du regard, le geste de leurs mains...

Quand est évoqué l'émotion du premier poème récité, je hume les effluves du soleil dans les cheveux d'un enfant, le parfum d'un baiser dans un cou

« Et si tu refermes son écrin sache qu'à toute nouvelle ouverture, un autre de mes jours te reviendra »

il n'est pas de plus belle promesse...

Renaissance a dit…

Merci de ta lecture, ami(e)! Merci de ce cadeau que tu me fais en aimant mes mots. Je t'offre donc, mon jour. A toi d'ouvrir cet écrin autant que tu le désires....